Est-ce une bonne chose de rendre les transports gratuits ?

  • 🎬 Video
  • ℹ️ Description
  • UCYpRDnhk5H8h16jpS84uqsA
Est-ce une bonne chose de rendre les transports gratuits ? 5
UCYpRDnhk5H8h16jpS84uqsA

Chateauroux, Niort, Aubagne et aujourdhui Dunkerque. Depuis les années 70, une vingtaine de villes ont décidé de rendre leurs transports publics gratuits. L’objectif : les rendre plus attractifs. Mais alors, pourquoi ne pas généraliser la mesure ? A première vue, elle parait séduisante. Avec la gratuité, les voyageurs prennent davantage les transports en commun et la ville économise sur la fabrication des tickets ou le salaire des contrôleurs. Pourtant, si toutes les villes ne passent pas au gratuit, c’est qu’il y a aussi des inconvénients. D’abord, les transports gratuits ne soient pas si gratuits que ça. Sans billetterie, les villes doivent trouver de l’argent pour entretenir leur réseau. Pour ça, elles comptent sur une taxe demandée aux entreprises, « le versement transport ». Mais comme cette taxe a un plafond, il faut parfois augmenter les impôts locaux, comme la taxe d’habitation ou la taxe foncière, pour compenser le manque à gagner de la gratuité. Autre inconvénient : rendre les transports gratuits ne diminuent pas forcément le nombre de voitures sur les routes. Ce sont en effet souvent les habitués qui prennent encore plus les transports en commun. Les automobilistes eux continuent d’utiliser leur voiture. Finalement, pour rendre les transports gratuits attractifs, il faudrait donner moins envie d’utiliser la voiture. Comment ? En mettant en place des péages urbains, en augmentant le stationnement payant ou en valorisant le covoiturage.
_______

Abonnez-vous à la chaîne YouTube du Monde dès maintenant :
_______

Abonnez-vous à la chaîne YouTube du Monde dès maintenant :

💬 Comments on the video
Author

Je ne suis pas d'accord. Il n'y aurait plus le plaisir de frauder.

Author — FAGOCYT

Author

Si le transport public est gratuit, plus besoin de payer les contrôleurs. Excellent...

Author — Marc Peace

Author

euh... non: il faut rendre le VELO plus attractif....

Author — Robert Bidochon

Author

En tout cas les campagnes restent dépendantes de la voiture

Author — hyprion1

Author

J'habite a Châteauroux, et pour le coup, j'ai lâché ma voiture pour prendre le bus pour aller travailler et on est plusieurs dans ce cas dans mon entreprise, donc l’argument comme quoi si on a une voiture on ne prend pas le bus, mais il est vrai que nous sommes une minorité. De plus, le gain temps/coût n'est pas intéressant si on a plusieurs correspondances.

Author — To Grid

Author

Pour certains il est déjà gratuit, vu le nombre de personnes qui ne paient aucun titre de transport . Beau département qu' est la seine st Denis

Author — La coquille d'huitre

Author

Vous faites, volontairement ou non, des omissions affligeantes :

1. Sans billetterie, les villes peuvent trouver de l'argent dans : l'économie sur l'impression des tickets, la conception des tickets, la construction des machines, la maintenance des machines, le salaire des contrôleurs, le salaire des employés en agence (pour faire les cartes, expliquer les tarifs... etc), dans la publicité sur les bus et les abris-bus (et dans les trams, les métros...), dans la (re)municipalisation des compagnies de transports publics (couper la marge des actionnaires privés apporterait des sommes fabuleuses pour la communauté et l'intérêt collectif) mais aussi via la diminution de la pollution de l'air : c'est la communauté qui finance la dépollution des villes et le soin des malades de plus en plus nombreux dû à cette même pollution (microparticules industrielles, gaz d'échappements, particules fines dans les ports... : la majorité de la pollution de l'air dans les villes est due aux véhicules unipersonnels).
On sait très bien aujourd'hui que la billetterie et les amendes liées à la fraude ne constituent qu'une infime partie de l'entretient du réseau, d'ailleurs, si les villes dépensent en moyenne (chiffre proposé dans la vidéo) 9 fois plus pour les voitures (qui ne leur rapportent pas) que pour les transports en commun (qui sont censés leur rapporter via la billetterie), c'est bien qu'il y a quelque chose qui n'est pas pris en compte dans l'équation. Peut-être le fait que les sociétés de transports en communs sont en très grande majorité détenues par des capitaux privés, donc par des actionnaires qui pensent d'abord à leurs petits intérêts que celui de la communauté ? Tant qu'on laissera le bourgeois parler avant l'intérêt général, il n'y aura pas de justice sociale.

2. Augmenter les impôts locaux, les taxes d'habitation et foncières, c'est normal : pour servir l'ensemble de la communauté, c'est normal que tout le monde y mette un peu du sien. L'éclairage public est gratuits pour tous mais financé par tous via l'impôt ; il s'agit de faire la même chose pour les transports en communs qui deviendraient des transports véritablement "PUBLICS", et des biens semis-gratuits à l'image des lampadaires, des bancs dans la rue, de l'école, des parcs et jardins, des hôpitaux, des services publics en somme.

3. La multiplication des postes de conducteurs dans le cas où la gratuité des transports en commun augmenterait la fréquentation de ces-derniers contrebalancera la diminution de l'emploi par la disparition des contrôleurs (et/ou agents), donc limitation de la baisse de l'emploi. Et si on y tient, l'emploi peut être garantit dans les transports par l'embauche de médiateurs afin de sensibiliser les jeunes et les populations au respect du matériel qui leur appartient (puisque public) et à la propreté des véhicule (pour le confort de tous).

4. Si la ville de Châteauroux (donnée en exemple) a été saturée rapidement aux heures de pointes au point de devoir multiplier par 2 le nombre de bus en circulation, ce n'est pas de la faute de la gratuité mais du besoin structurel de transports en communs qui n'était donc pas proposé par la municipalité, et ce en discriminant les moins fortunés des usagers (qui devaient trouver des alternatives au bus / tram / métro avant la gratuité).

5. Avec une véritable alternative proposée aux habitants par leur ville, viable et organisée (pas de petites avancées par-ci par-là), les adeptes de la voiture seront plus enclins à changer leurs habitudes (Réunions d'information sur le coût réel de la voiture au quotidien, temps passé derrière son volant dans les embouteillages, le fait que bien souvent le bus soit aussi rapide que la voiture dans les agglomérations du fait de sens-interdits ; voies réservées aux bus ; prise en compte du temps pour trouver une place de parking...).

6. La gratuité des transports en commun est une mesure de solidarité et de justice sociale (termes du Collectif Sans Ticket). Il serait indécent de refuser une telle politique d'ouverture. Elle est aussi une opportunité pour l'environnement : 1 seul bus peut contenir l'équivalent de passagers de 50 voitures. C'est ainsi une solution constructive et méliorative du quotidien de beaucoup de personnes (souvent invisibilisées dans des calculs théoriques et capitalistes), en offrant une alternative à la pénalisation des conducteurs de voitures personnelles : pour le désengorgement des grandes agglomérations (vous semblez en parlez d'ailleurs). Si l'on veut laisser nos villes respirer, c'est une politique à mener d'urgence : des solutions (surtout financières) existent en masse et sont viables. Il suffit de reprendre l'argent public des mains des intérêts privés qui pèsent sur nos localités.

Quand on parle d'intérêt général et de services qui doivent avoir pour vocation d'être publics, on travaille un tant soit peu son dossier. C'est une critique que je vous porte parce que j'ai de l'estime pour celui que vous fournissez, régulièrement. Prenez-la en compte.

Author — Thibault DIEDERICHS

Author

3:18 Petit détail, on ne dit pas "en vélo" mais "à vélo" ;)

Author — Mentalink

Author

"MASSE salariale"
Prenez conscience de la façon dont on vous fait percevoir des concepts

Author — Pole Emploi Gaming

Author

Vous faites rires avec vos vélos et quand on habite à la campagne et qu’on a une demi-heure de voiture pour se rendre à son travail c’est pas en vélo qu’on va se déplacer faut arrêter

Author — Papi Moussard

Author

Venant d'un journal qui ne vit pas de ses lecteurs mais des subventions de l'état il est évident que pour lui tout doit être gratis

Author — Eric Francois

Author

Pourquoi Aubagne n'est pas sur votre carte

Author — C C

Author

Vous oubliez un autre facteur importants la fiabilité du réseaux .Perso je vient de m acheter ma 1er voiture mais j avoue que j aurais préférai continuer de prendre les transport en commun mais entre l organisation (certain bus pas toute les 5 mn alors que d autre ne passent même as toute les heures ) les gréves et les retards voire les conducteur qui saute des arrêt histoire de finir plus vite ai du sauté le pas

Author — joe pat

Author

Gratuit mdr ils vont nous augmenter les impôts pour les financer

Author — La paix modiale Paix

Author

Bah a lille les tarifs viennent d'augmenter !

Author — Simon LALLEMAND

Author

J'adore vos vidéos. C'est clair, bien monté et en quelques minutes.

Author — Nicolas Plessis

Author

Gratuit non, car il faut bien payer leur fonctionnement. Mais à prix démocratique, cherchant les rentrées plus sur le nombre de vendus que sur le bénéfice à l'unité vendue. Je veux bien que cela soit subventionné partiellement, mais tout dépend des moyens de la collectivité en question, sachant qu'il faut agir par ordre de priorité (nourrir, puis loger les citoyens venant en premier).

Mais en faire un bien nécessaire (mais pas le plus comme dit plus haut), faisant que la logique capitaliste ne doit pas s'y appliquer, ou de manière très modérée : pas de profits abusifs ni de salaire mirobolant (pas de dirigeants payés "au résultat") mais à valeur fixe ; les revenus engrangés éventuellement excédentaires ne pouvant servir que soit à le parc, soit à diminuer le prix pour les consommateurs une fois que ceci fait. Des infrastructures toujours meilleures pouvant inciter les automobilistes à utiliser plus les transports en commun.

Author — dupon davignon

Author

C’est de la daube car les impôts augmenteraient donc ça reviendrai au même

Author — Pikizio

Author

Je ne suis pas d’accord c’est dégoûtant de plus pouvoir utiliser sa voiture

Author — UZAIR

Author

Tout ça c'est très bien en théorie mais il serait peut-être temps de commencer à réellement rendre les transports en communs accessibles à tous, nan, parce qu'avant d'augmenter le coup des places de stationnement et de réduire le prix des transports en commun ( une baisse des prix qui serait par ailleurs une très bonne chose ) afin d'inciter les gens à utiliser de moins en moins leurs voitures au profit des transports publics, il faudrait peut-être songer à voir le problème dans sa globalité et à ne pas oublier, pour une fois, les personnes qui n'ont pas d'autre choix que de s'en servir!

Et puis avant de vouloir enlever les voitures de nos rues il serait peut-être bon de commencer par multiplier les lignes et les moyens de transport des villes, banlieues et campagnes.

Author — azerty tores